[

Les Feuillets de Cy Jung

]

Ce site vous propose les Feuillets du roman en cours d'écriture de Cy Jung. Ce roman n'a pas encore de titre.
Ces Feuillets sont publiés au jour le jour en l'état, fautes d'orthographe, coquilles et mots manquants compris. Ils sont complétés d'un Tableau de bord et de différents Documents de travail.
Un Mode d'emploi plus complet est disponible ici.


Feuillets .....

V06-13 novembre 2013

Cy Jung Feuillets — V06-13 novembre 2013

 [292d] [284d] [231d] [283f] [291f]

77.

On avait promis à la liste.
Elle attend. Elle est sereine. On lui raconte.
L’homme est debout sur le bord du canal. La nuit est claire. Il guette l’instant où la Lune posera son reflet dans l’eau noire. Il surveille son avancée les mains crispées sur le manche alourdi de la canne. Il est prêt. Ce soir, il la pêchera.
Ce soir.
La liste retient son souffle.
La Lune viendra. Elle se calera dans le fond percé du panier. On tirera doucement sur la ligne avec le pêcheur. Un instant, elle y sera. On y croira. Et l’instant d’après, elle poursuivra son chemin tout autour de la Terre. On lui courra après, joyeuse ! On la regardera disparaître à chaque obstacle, un arbre, un immeuble, un nuage.
Et revenir.
Toujours, elle reviendra.
Courir.

« À pied
« À cheval
« Et en bateau à voiles. »

Elle viendra.
Aimer.
Ce n’est pas si compliqué. [228f]

78.

On dirait qu’un doigt se pose sur mon ventre.(…)
Seules d’infimes corrections ont été faites dans ce Feuillet depuis sa version 5 du 21 octobre 2012, que l’on peut retrouver ici.

82.

On se pose un instant. La faim est revenue. La soif. On en profite. On réclame un stylo. La Bible nous offre quelques pages présumées vierges. Jacques Lacan propose de servir de pupitre. On lui préfère la tartine.
Écrire.
Offrir.
Et donner du sens aux mots.

« Mon amour,
« Nous y sommes.
« Et j’ignore encore si je saurai t’aimer.
« Mon amour. Donne-moi. J’ai tant à recevoir.
« Mon amour.
« Voilà. »

On s’arrête là.
On relit.
Le tire-bouchon trouve cela joli. La vachette préfère dire que c’est beau. La liste est partiale, on le sait. On a fait tant de chemin ensemble. À la vie ! À la mort ! Non ! Pas tout de suite. On y retournera, mais une autre fois.
Sortir.
On y est. On y va.
Aimer.
On y croit.
— Dans ce cas, il faudrait peut-être que tu la signes, ta lettre.
Oui Judas, bien sûr que l’on signe.

« Une Bible, un dictionnaire, un poisson qui pue, un couteau suisse, une tartine, un oreiller, une couette, un tire-bouchon, une échelle, une poupée, une paire de merguez, Jacques Lacan, une tarte aux fraises, un pétard sous une boîte de champignons, une vachette, une pince, Dieu, une lettre d’amour, une corde à linge, une chaussette, une histoire, des chocolats. »

Une histoire.
Des chocolats. [232f] [233f] [235f] [284f] [292f]

---------

[292dDébut-2013:11:13

[284dDébut-2012:10:20

[231dDébut-2012:04:15

[283fFin-2012:10:20

[291fFin-2013:11:12

[228fFin-2012:04:10

[232fFin-2012:04:16

[233fFin-2012:04:17

[235fFin-2012:04:21

[284fFin-2012:10:21

[292fFin-2013:11:13


Tous les Feuillets, ici.

Tableau de bord

13 novembre 2013

[Petit déroulé : 30:06 ; 3,8 km. Texte en reprise]

Je démarre cette matinée de travail avec l’idée que je vais aller au bout de cette V-06. Il me reste sept pages à relire et, sauf urgence à réécrire la fin (cela arrive), je devrais aller rapidement au bout ce matin. Je remettrai ensuite ce texte en jachère en espérant qu’un jour il sorte de cet ordinateur et rencontre un éditeur qui me le fasse travailler afin de le publier.
Vain espoir ? Je repousse la question à une autre fois et pose ma balise. Mon écran est baigné de soleil. Aimer. Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Un « comment » était amputé de son « nt » ; je le lui rends.
Et je suis au bout de mon texte. J’avais oublié qu’il se termine sur la lettre d’amour, celle encore à écrire. Je suis bien aujourd’hui dans cette fin. Surtout les deux dernières phrases. Je m’arrête donc là et m’en vais écrire ma prochaine nouvelle en e-criture. Je suis heureuse d’avoir eu l’idée de relire ces Feuillets. Je n’avais vraiment pas mesuré leur portée ; littéraire, je ne sais pas ; mais personnelle, c’est sûr.
Je vous tiendrai au courant de la suite, ici, ou sur mon site ou ma page Facebook. À très bientôt, donc. L’écriture ne s’arrête jamais… Comme l’amour ? L’amour ? Je ne sais pas. Aimer ?
Aimer.
Ce n’est pourtant pas si compliqué.

Lire le Feuillet du jour.

12 novembre 2013

[Judo (en soirée) : 50:00. Mise en forme : 15.00. Stepper : 20:00. Texte en reprise]

Je me sens plus bavarde ce matin (ce qui ne veut pas dire que je le serai vraiment), peut-être à cause de l’endorphine qui m’abreuve déjà. Aussi, parce que je crois que j’ai « compris quelques chose », grâce à ce texte, sans doute, et au temps qui fait son office. Je vous en dirai plus dans La Vie en Hétéronomie d’ici quelques semaines (j’ai beaucoup de billets d’avance) ; mais les choses sont posées. Aimer.
Ma matinée de travail sera courte. Je me mets à ma lecture, qui va m’amener pas loin de la fin de ce texte. Au programme : le finir d’ici demain, écrire ma nouvelle en e-criture de décembre et travailler à ce roman que je me suis promis d’écrire.
Aimer. Ce ne devrait pas être si compliqué.

J’ajoute un « l’ » à un « on ». Je mets « flamme » au pluriel dans « montée de flammes » ; il serait surprenant qu’il n’y en ait qu’une. C’est tout.

Lire le Feuillet du jour.



Si vous êtes éditeur,
découvrez les manuscrits de Cy Jung
ici.